Illustration Archiwebture

Fiche descriptive

Fonds Sarger, René (1917-1988). 167 Ifa

Fiche descriptive d'une unité documentaire
EtiquetteContenu de champ

Présentation

Notice biographique

René Sarger est né à Paris 15e le 22 février 1917 et mort à Villejuif le 6 octobre 1988.

Diplômé des Arts et métiers en 1933 (Brevet d’enseignement primaire supérieur), il entre à l’Ecole Spéciale d’architecture en 1934, et y reçoit l’enseignement d’Auguste Perret. Alors âgé de 20 ans, il est diplômé en 1938 et poursuit ses études à l’Ecole des Travaux publics et à l’Institut d’urbanisme. Mais la seconde guerre mondiale interrompt brutalement sa formation. Réquisitionné par les Allemands au titre du service du travail obligatoire, il sera finalement déporté en Europe de l’est dans un camp de travail pour avoir communiqué aux Alliés plans et informations sur les bunkers.

Après-guerre, il intègre le bureau d’études de l’ingénieur Bernard Laffaille dont il devient l’assistant de 1946 à 1954. À ses côtés, René Sarger s’initie aux techniques des constructions des surfaces gauches minces et des couvertures suspendues et prétendues.

Fort de l’expérience acquise auprès de Bernard Laffaille, René Sarger fonde en 1954 son propre bureau d’études techniques (BET), le CETAC (Cabinet d’études techniques d’architecture et de construction). À la mort de Bernard Laffaille, en 1955, Sarger hérite de ses contacts et de ses derniers projets qui le propulseront à l’avant de la scène architecturale. Il devient ainsi ingénieur-conseil de Guillaume Gillet pour l’église Notre-Dame à Royan (1953-1958) et, avec le même architecte, il réalise en coques de béton armé le réservoir d’eau et marché couvert de La Guérinière à Caen (1956-1958). À Royan, il construit également avec les architectes Louis Simon et André Morisseau le nouveau marché couvert (1954-1956) qui prend la forme d’un coquillage réalisé à l’aide d’un voile de béton armé. Dans la même veine, il réalise avec les architectes Paul Herbé et Jean Le Couteur la basilique d’Alger (1956-1961), composition architecturale tirant parti des structures gauches en hyperboloïde de révolution et paraboloïde hyperbolique.

René Sarger est également à l’origine du développement de la technique des couvertures prétendues et réalise, en 1958 à l’Exposition universelle de Bruxelles, les premières résilles en câbles prétendus pour le pavillon de la France (Guillaume Gillet, architecte) et le pavillon Marie-Thumas (Lucien-Jacques Baucher, Odette Filippone et Jean-Pierre Blondel, architectes). Sarger baptisa ces résilles en câbles prétendus « voiles prétendues », au féminin, par allusion aux voiles des navires qui, comme celles-ci, passent d’un état souple à un état stable et rigide non pas grâce au vent mais par l’application d’une prétension. La couverture du pavillon de la France, œuvre fondatrice, présentait ainsi 2 paraboloïdes hyperboliques de 100 mètres de portée constituées de résilles, pesant 8 kg par mètre carré couvert et reposant sur un point intérieur unique. Quant au pavillon Marie-Thumas, il se présente sous forme d’une tente, constituée d’une combinaison de surfaces gauches en câbles et fermettes prétendues que soutiennent 8 pylônes intérieurs.

C’est la même technique qu’il met en œuvre pour le Centre commercial à Malakoff (Charles Sébillotte, architecte, 1958-1961) et le complexe sportif municipal de Saint-Ouen sur L’Île-Saint-Denis (Anatole Kopp, architecte, 1969-1971).

Créant le CARSAF (Cabinet d’architecture René Sarger-André Frischlander) en 1971, René Sarger amorce alors la deuxième partie de sa carrière, en tant qu’architecte, jusqu’en 1985. Dans cette période moins connue de son œuvre, il propose un projet de restructuration de la circulation de la région parisienne par la création d’une mégastructure urbaine prétendue, un « Périphérique express » (1969-1971) conçu comme un gigantesque pont suspendu aux piles espacées de 600 mètres et dans lequel il installe une ville verticale.

Actif propagandiste, René Sarger multiplie, dès le milieu des années 1960, les publications et les conférences, tant sur ses réalisations, sur les relations architectes/ingénieurs, que sur des sujets comme l’urbanisme et la rénovation urbaine, les voiles prétendues et les structures spatiales.

Fondateur et président de l’ITPRVP (Institut technique et plastique de recherches sur les voiles prétendus) en 1958, et membre de nombreuses institutions (et notamment des deux syndicats d’ingénieurs CICF et SYNTEC), il devient membre de l’Ordre des architectes le 30 mai 1968. Il enseigne à l’Université de Dresde (1962), également à l’ENSBA puis à l’UP6 (Paris-La Villette) de 1966 à 1985.

(D’après Nicolas Nogue, « René Sarger. Une Histoire de voiles », d’A (d’Architecture), n° 76, août-septembre 1997, pp. 35-36)

Contenu du fonds

Le fonds documente l'ensemble de la carrière de René Sarger, à l'exception de ses travaux d'école et du fonctionnement interne de ses différentes agences.

Il se compose d'un abondant ensemble de photographies (épreuves et négatifs) et d'une douzaine de films illustrant les chantiers et réalisations de l'ingénieur-architecte du début des années cinquante aux années 1980. On dénombre peu de documents graphiques.

En plus des documents liés à son activité d'ingénieur ou d'architecte, les archives contiennent de très nombreuses pièces (écrits et imprimés) issues de ses activités scientifiques (enseignement, édition, conférences, recherches, ébauches de livres) attestant la richesse et la dimension internationale de son réseau professionnel.

L'abondante documentation (photographies, bibliothèque) témoigne de l'intérêt que René Sarger portait aux recherches et à la production de ses confrères contemporains.

Période couverte1944-1982
Importance matérielle4,5 tir. de MPL ; 10,1 ml d'archives ; 1 BR (0,2 ml d'étagères de rouleaux) ; B1.9999
Modalités d'entrée

Fonds donné à la direction des Archives de France et déposé au centre d'archives de l'Institut français d’architecture par l'épouse de l'ingénieur en juillet 1991; les films ont été joints au fonds par l'École d'architecture de La Villette en octobre 2018.

Historique de la conservation

Le fonds a été conservé à l'école d'architecture de Paris-La Villette.

Lieu(x) de conservationCentre d'archives de l'IFA
Conditions de reproduction

Pas de conditions particulières.

Mentions obligatoires en cas de reproduction

En cas de publication d'un document, les mentions obligatoires sont «SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d'agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l'obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d'archives).

Traitement archivistique

État du traitement

Inventaire complet

Forme de l'instrument de rechercheRépertoire en base de données
Accessibilité

Oui

Conditions d'accès

Il n'y a pas de restrictions juridiques particulières liées à la consultation de ce fonds.

Historique du traitement

Premier repérage sommaire et partiel des photographies et des dossiers sans reclassement, avant 2006.

Relevé et mise au propre du repérage : Alexandre Ragois, janv. 2006.

Classement et inventaire : Alexandre Ragois et Simon Vaillant, juin 2018-septembre 2019.

Auteurs principaux Alexandre Ragois, Simon Vaillant sous la direction de David Peyceré ; Sonia Gaubert ; Simon Vaillant
Chargé du suivi

David Peyceré ; Sonia Gaubert ; Simon Vaillant

Date de mise à jour2019-08-27
Organisation - Classement

Classement et référencement

Entre juin 2018 et septembre 2019, toutes les archives, conservées jusqu'alors en vrac sur étagères, ont été classées selon les méthodes en vigueur : reconditionnement, attribution de cotes de dossiers, extraction des photos et documents graphiques pliés qui se trouvaient parfois dans les dossiers de pièces écrites (avec mise à plat et reconditionnement spécifique), description de tous les types de documents dans la base de données. Quelques documents ont été numérisés pour la plupart des projets afin d'illustrer de manière représentative l'ensemble du fonds. Les films, donnés par l'École d'architecture de La Villette en octobre 2018, ont été décrits et numérisés en mars 2019 afin d'être consultables via ArchiWebture.

Datation des projets

La plupart des projets ont été datés

Compétences de René Sarger

René Sarger se définissant lui-même comme ingénieur-architecte (ce que confirme son double cursus), l'inventaire du fonds a pris soin de distinguer les deux compétences en renseignant autant que possible les champs "fonction et rôle" et "fonction et rôle exact dans le projet" du fichier protagonistes. L'information se déduit essentiellement à partir de la documentation annexe aux projets (notices et listes d'œuvres et articles publiés) car il existe en réalité peu d'archives liées à la conception des projets.

Cotation et conditionnement :

167 IFA 001-018 : photographies (épreuves sur papier et diapositives) conservées en boîtes Cauchard ;

167 IFA 019-030 : albums photos conservés en boîtes Cauchard ;

167 IFA 050 : documents graphiques conservés en boîtes Cauchard ;

167 IFA 100-131 : pièces écrites, imprimés, périodiques et ouvrages conservés en boites Cauchard ;

167 IFA 200-202 : photographies grand format conservées en boîtes plates (B4) ;

167 IFA 250 : documents graphiques conservés en boîte plate (B4) ;

167 IFA 300 : album « CETAC. Coupures de presse et études diverses » conservé en boîte plate (B4) ;

167 IFA 350-366 : documents graphiques conservés à plat en tiroir de meuble à plans (pochettes) ;

167 IFA 400 : documents graphiques conservés en rouleaux (boîte à rouleaux) ;

167 IFA 450-451 : documents audiovisuels (boîte Armic) ;

167 IFA 500-504 : panneaux de présentation conservés à plat en tiroir de meuble à plans (pochettes).

Éliminations

Dans les dossiers de photographies et d'imprimés, de nombreux doubles ont été éliminés : dans le cas d'un nombre important d'épreuves ou imprimés identiques, un maximum de quatre exemplaires a été conservé.

La totalité des plaques d'impression, contenues dans 3 boîtes plates, ont été éliminées.

De nombreuses couvertures de dossiers, tachées et décolorées suite à un dégât des eaux, ont été éliminées.

Autres sources

Autres sources d'archives

Cité de l'architecture et du patrimoine, Centre d'archives d'architecture du XXe siècle :

- fonds des Dossiers d'œuvres de la direction de l'Architecture et de l'Urbanisme, 133 IFA 227/7 ;

- fonds des collaborateurs de René Sarger, notamment fonds: Guillaume Gillet, 152 IFA ; Bernard Laffaille, 206 IFA ; Jean Le Couteur, 187 IFA.

Institut national de la propriété industrielle : brevets (téléchargeables sur le site de l'INPI).

Ecole Spéciale d'Architecture : (contact pris en juillet 2018 et sept. 2019 avec Anne Chaise, Responsable - bibliothécaire documentaliste). Archives sur la formation de Sarger (à confirmer).

Publications à partir du fonds

PUBLICATIONS

Nogue (Nicolas), in Picon (Antoine). "L'art de l'ingénieur". Paris: Centre Georges Pompidou, 1997, pp. 436-437.

Ragot (Gilles), dir. "L'Invention d'une ville : Royan années 50". Paris: Monum, Editions du patrimoine, 2003 (coll. "Cahiers du patrimoine"; n° 65).

ARTICLES

Nogue (Nicolas). "René Sarger : une histoire de voiles", d'A/d'Architectures, n° 76, août-septembre 1997, p. 35-36.

Nogue (Nicolas). "L'invention des couvertures prétendues : de Vladimir Choukhov à Bernard Laffaille et Otto Frei [sic]", Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, n° 15, juillet 2004, p. 189-208.

Nogue (Nicolas). "René Sarger, architecte-ingénieur", AMC, n° 156, nov. 2005, p. 102-108.

Peron (Solen). "Cette coquille ? La salle du Parc des sports du Grand-Marais à Saint-Nazaire dite La Soucoupe (1962-1970)", dans Bulletin de la Société Archéologique et Historique de Nantes, t. 154, 2019, pp. 281-301.

TRAVAUX UNIVERSITAIRES

Nogue (Nicolas). "René Sarger (1917-1988) et les voiles prétendues", Mémoire de DEA, G. Monnier (dir.), Univ. Paris I, Juin 1993, 237 p.

Frapier (Christel). "Les ingénieurs-conseils dans l'architecture en France, 1945-1975 : réseaux et internationalisation du savoir technique". 2 vol., thèse de doctorat, Paris I Sorbonne, 2009. vol. 1 : 358 p. ; vol. 2 : n.p.

Autres références bibliographiques

PUBLICATIONS

Siegel (Curt). "Les formes structurales de l'architecture moderne". Préf. René Sarger. Paris: Editions Eyrolles, 1960.

Joedicke (Jürgen). "Les structures en voiles et coques : documents de l'architecture moderne". 1962.

Ragon (Michel). "Où vivrons-nous demain ?". Paris, 1963.

"Structures nouvelles en architecture", catalogue d'exposition présentée au Musée des techniques, Paris : CNAM/ITPRVP, 1965.

Conil (Paul). "Le voile autoportant: conception, tracé, construction". Préf. René Sarger. Paris: Editions Eyrolles, 1967.

Sarger (René). "Structures nouvelles en architecture". Bruxelles : CEA, [1967 ?], Cahiers du Centre d'études architecturales.

"Architecture, formes, fonctions". Lausanne : A. Krafft , 1971.

Sarger (René). "Morphologie, structure". Institut de l'Environnement [Séminaire Morphologie et structure, 15, 16 et 17 décembre 1971, 2, 3 et 4 février 1972]. 3, Macrostructure et échelles structurales. Paris : Institut de l'Environnement, 1972, 3 p.

"René Sarger"/catalogue d'exposition présentée à l'Ecole d'architecture de Paris la Villette, 1990 (brochure).

"Hommage à René Sarger : l'éternelle architecture". Paris : Ecole d'architecture Paris la Villette, 1990.

Deswarte (Sylvie). "L'architecture et les ingénieurs". Paris: Moniteur, 1997, p. 70 (pavillon de la France à Bruxelles).

Busbea (Larry). "Topologies : the urban utopia in France, 1960-1970". Cambridge (Mass.) : Mit press, 2007.

ARTICLES

"Pavillon de la France, Exposition universelle de Bruxelles, 1958: arch. Guillaume Gillet, ing.-cons. René Sarger, Jean Prouvé", "L'Architecture française", n° 189-190, 1958, p. 90-93.

"Valeur plastique des structures à l'Exposition de Bruxelles", L'Architecture d'aujourd'hui, n° 78, juin 1958.

"Conférence de René Sarger", L'Architecture d'aujourd'hui, n° 78, juin 1958.

"Covered market ; Royan, France", International Prefabrication and New Building, nov. 1958, n° 2/6, p. 602-603.

L'Architecture d'aujourd'hui, n° 91-92, sept-nov., 1960.

"Structures béton", L'Architecture d'aujourd'hui, n° 99, déc. 1961-janv. 1962, pp. 12-39.

"La critique architecturale", L'Architecture d'aujourd'hui, n° 117, nov.-janv. 1964-1965.

Sarger (René). "De l'architecture comme art des structures spatiales", "La Pensée", n°122, juil.-août 1965.

"Structures nouvelles - René Sarger", Cahiers du centre d'études architecturales, n° 1, 1967.

Sarger (René), "Création d'une ville de 40000 habitants en Algérie, la cité de Sidi Ammar". Etudes et réalisations, n° 127, déc.-fév. 1970, pp. 41-44.

Robichon (Francois), "Cap-d'Agde l'urbanisme mis a nu", d'A/d'Architectures, n° 57, juil.-août 1995, p. 38-39.

Bauwelt, n° 15, avril 1996 (spécial "Royan").

[Article n.id.], d'A/d'Architecture, n°76, sept. 1996.

Robichon (Francois), "Royan entre reconstruction et préservation", d'A/d'Architectures, n°85, juillet-août 1998, p. 42-44.

Lamarre (Francois), "Un pionnier de la transparence", Empreinte, n° 44, mars 1999, p. 41-44.

Jouannais (Eve), "L'Art en transparence : Musée André-Malraux Le Havre", L'Acier pour construire, n°62, mai 1999, p. 38-45.

Savorra (Massimiliano). "Félix Candela. La grande arte della modellazione strutturale"

[+ version anglaise du texte], extrait de "Casabella", n° 821, janvier 2013, p. 56-65.

DOCUMENTS AUDIOVISUELS

Lichy (Atahualpa), réal. ; Gault (François), aut. 1972. "Travailler loin de chez soi". Film en ligne. Montrouge : CNDP, 19 min 34 s. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1320416p (consulté le 19/09/2019).

Toutain (Michel), Chatain (Georges), Lalubie (Laure), aut. 2002. "L'église Notre Dame de Royan ". Emission télévisée. Coll. "Histoires d'architectures", n° 2. Limoges : Pyramide production : France 3 Limousin - Poitou Charentes : 2d/3D Animations. Vidéocassette VHS, 26 mn.

EMISSIONS RADIOPHONIQUES

Emission radiophonique: "A propos de quelques ingénieurs de l'après-guerre", Métropolitains (par François Chaslin), émission du mercredi 16 février 2005 (Nicolas Nogue, invité).

Haut de page Revenir en haut de la page

Sélection de documents appartenant au fonds En cas de reproduction